Actif par nature

Pour notre bébé, le plus précieux des trésors : des ingrédients nobles et naturels riches en actifs

Les principaux ingrédients composants nos soins :

Huile de jojoba (Simmondsia Chinensis)

Cet arbrisseau, plus communément appelé « noisetier sauvage », pousse dans les déserts d'Amérique centrale et d'Amérique du sud (Arizona, Mexique, Argentine). Il possède des racines pouvant s'étirer jusqu'à 30 m de profondeur, qui se fixent dans les sols sablonneux, captent leur micro-humidité et résistent ainsi à une sécheresse intégrale de 12 ou 18 mois. Il produit à l'état sauvage un à deux kilos de graines oléagineuses, dont on extrait l'huile de jojoba, une cire liquide à température ambiante. Les Indiens utilisaient déjà cette plante depuis des siècles pour ses vertus curatives et embellissantes, notamment pour la peau et les cheveux.

Propriétés cosmétiques
Dans le domaine de la beauté, sa richesse en insaponifiables lui confère des propriétés protectrices et « anti-vieillissantes » remarquables. L'huile de jojoba est une véritable cire liquide, dont l'affinité avec le sébum de la peau garantit le maintien du film hydrolipidique protecteur. Ses propriétés au niveau de la peau sont nombreuses : hydratante, revitalisante, assouplissante, adoucissante et régénératrice en profondeur. Cette huile active également la synthèse de l'élastine et freine la perte en eau des cellules, ce qui en fait un produit idéal pour les peaux déshydratées et très sèches et la désigne d'emblée pour aider la peau à rester souple, élastique et douce.

 

Huile d'onagre (Oenotgera Biennis)

Encore appelée « primevère du soir », l'onagre, originaire d'Amérique du nord, n'est apparue en Europe qu'au XVIIIe siècle. La plante était connue des indiens pour ses propriétés médicinales et nutritives. Les capsules de sa fleur renferment à maturité plusieurs centaines de graines brunes de très petite taille, dont on extrait cette huile. Sa richesse en acides gras essentiels et surtout en Acide Gamma Linolénique justifie son utilisation en cosmétique, en particulier pour réduire la perte en eau des couches superficielles de l'épiderme.

Propriétés cosmétiques
Riche en vitamine E et en acides gras essentiels, l'huile d'onagre préserve la peau d'un vieillissement précoce. Les acides gras, protecteurs des membranes cellulaires, lui confèrent des propriétés régénératrices de premier ordre : adoucissante, revitalisante, restructurante et réellement antirides. Ainsi, que la peau soit grasse, sèche ou tout simplement normale, l'huile d'onagre en régule l'hydratation, et la protège des agressions extérieures (soleil, froid, vent, pollution).

 

Huile de bourrache (Borrago Officinalis)

Beaucoup moins connue que l'huile d'onagre, dont la réputation n'est plus à faire, l'huile de bourrache est encore plus riche en acide gamma-linoléique.

Propriétés cosmétiques
Cette huile, exceptionnellement riche en acide gras polyinsaturés et en vitamine A, D, E, K, est dotée d'un réel pouvoir régénérant au niveau de la peau. Elle lui redonne souplesse, élasticité et tonicité, en particulier pour les peaux sèches, dévitalisées et fatiguées. Incorporée ici en dose active beaucoup plus importante qu'habituellement, elle révèle ses multiples propriétés bénéfiques, notamment une action sur les prostaglandines, apaisant ainsi les tendances inflammatoires.

 

Camomille Romaine (Anthemis Nobilis)

Originaire d'Europe occidentale et d'Afrique du nord, la camomille romaine se développe aujourd'hui dans les régions tempérées de l'Europe. Les quantités récoltées dépendent toutefois beaucoup des conditions climatiques. Ses propriétés seraient plus «accentuées» que celles de la camomille allemande.

Propriétés cosmétiques
En usage externe, elle est utilisée pour la confection de lotions apaisantes. Une récente mise en évidence des propriétés d'un de ses constituants, l'azulène, a promu la camomille au premier rang des produits phyto cosmétiques. Les propriétés antiallergiques et adoucissantes de l'azulène en ont fait la nouvelle panacée des peaux sensibles (rappelons qu'elle est utilisée depuis fort longtemps contre l'eczéma !).

 

Lavande fine (Lavandula Latifolia)

Originaire de Perse et des Canaries, la lavande fut vraisemblablement implantée en France par les Phocéens au même titre que la vigne et l'olivier. Petit buisson de 20 à 60cm de haut, elle pousse dans la région méditerranéenne et affectionne les coteaux arides et calcaires.

Propriétés médicinales
Classée au XVIIIe siècle parmi les plantes céphaliques, la lavande s'employait alors un peu comme le romarin contre les maladies nerveuses. On utilisait aussi l'eau de lavande comme calmant dans le bain. Outre ses propriétés antiseptiques et apaisantes reconnues, la lavande fine détient cette particularité étonnante de développer une complicité bienveillante entre la maman et son enfant pendant le temps du massage avec bébé.

 

Calendula (Calendula Officinalis)

Très répandu et cultivé dans les jardins de toute l'Europe tempérée, le souci officinal n'existe pas à l'état sauvage. Ses belles fleurs jaunes sont pleines de vertus.

Propriétés cosmétiques
Le souci constitue un très bon actif pour les soins adoucissants. Réputé comme hydratant et antiseptique, il est considéré comme étant la plante de la peau par excellence. C'est également un élément protecteur dans le traitement des crevasses, écorchures et gerçures.

 

Argousier (Hippophae Rhamnoïdes)

L'argousier est un arbuste épineux qui ne peut vivre sans lumière, au point de mourir lorsqu'il est situé au milieu de plus grands arbres. Il recherche le soleil, les terrains salés et forme d'impénétrables buissons sur les rivages de la Manche et de la Mer du Nord.

Propriétés cosmétiques
Deux éléments spécifiques, un acide gras rare, l'acide palmitoléique et le caroténoïde, présents dans l'argousier, auraient un effet bénéfique sur les brûlures, l'eczéma et les dermatites. En outre, sa teneur élevée en tocophérol (vitamine E), reconnu comme antioxydant, limite les processus oxydatifs au sein des couches épidermiques. Il résulte de tout cela que son utilisation régulière contribue à maintenir la beauté de la peau, à réduire la sclérose et à prévenir l'apparition des rides.

Lys blanc (Lilium Candidum)

Célébrée par les anciennes civilisations méditerranéennes, cette belle fleur au parfum suave était déjà plantée dans les jardins royaux de la civilisation minoenne, comme l'atteste un vase peint trouvé à Cnossos. Le lys blanc est un remède traditionnel externe de grande valeur: ses pétales conservés dans de l'eau de vie ou macérés dans de l'huile d'olive, avaient jadis, dans toutes les campagnes, bien avant l'invention du sparadrap, les indications d'un pansement antiseptique et cicatrisant, notamment en cas de brûlures superficielles, de crevasses ou de gerçures.

Contact

On vous rappelle